Avez-vous une question ? Contactez-nous
  • (+237) 694 096 263 info@ipreva.org
  • Yaoundé, Cameroun
détails de l'article
Mot du Président (Fondateur)
20 juillet 2019

 

M. Aristide Donald BILOUNGA

 

 Les seigneurs de la guerre et autres groupes armés posent de graves problèmes aux Gouvernements des quatre points cardinaux africains. Les liens entre les djihadistes d’Al-Qaïda, Etat Islamique et ceux africains ne sont plus à démontrer, et font de l’Afrique un environnement à haut risque de la radicalisation violente.

Dans cet espace de luttes religieuses, ethniques et politiques, dont certaines sont de nature sécessionniste, les groupes djihadistes continuent de créer une instabilité qui nuit aux perspectives de développement socio-économique du continent. Ces groupes exploitent cet environnement qu’ils contribuent à créer, tout en bénéficiant de la globalisation du terrorisme.

En effet, parce qu’il menace la sécurité des personnes et le tissu du vivre ensemble, le phénomène de l’extrémisme violent constitue un véritable problème devenu une préoccupation prépondérante de nos sociétés africaines. Qu’ils prennent les formes les plus spectaculaires ou les plus discrètes, les gestes de radicalisation violente épuisent la confiance collective et désorganisent nos liens collectifs. Ainsi, la prévention de ce fléau interpelle tous les acteurs de la société et nécessite des solutions novatrices, spécifiques et durables partant de la meilleure connaissance du phénomène de l’extrémisme violent au processus de déradicalisation en passant par l’autonomisation des jeunes et des femmes, l’éducation populaire et civique.