Depuis le début de la crise sécuritaire dans les régions septe..." /> IPREVA - Cameroun: Give Hope to Our Children (GHOC) Depuis le début de la crise sécuritaire dans les régions septe..." /> Depuis le début de la crise sécuritaire dans les régions septe..."> Depuis le début de la crise sécuritaire dans les régions septe..."/>
Avez-vous une question ? Contactez-nous
  • (+237) 694 096 263 info@ipreva.org
  • Yaoundé, Cameroun
détails de l'article
Cameroun: Give Hope to Our Children (GHOC)
08 novembre 2020

Depuis le début de la crise sécuritaire dans les régions septentrionales du Cameroun, un grand nombre d'organisations de la société civile (OSC) a vu le jour à côté des centaines autres qui existaient déjà. La crise sociopolitique dans les régions du Nord-Ouest et Sud-Ouest a accéléré cette croissance vertigineuse d'OSC à caractère social et humanitaire au Cameroun, agissant dans divers secteurs des Objectifs de Développement Durable (ODD). C'est dans cette mouvance que l'association Give Hope to Our Chrildren est née il y a un an. 

Give Hope to Our Children en abrégé GHOC est une association à but non lucratif enregistrée sous le numéro N°309/2019/RDA/C19/SAAJP. Elle vise à restaurer le droit à l’éducation des enfants victimes des conflits, catastrophes et des violences de genre. Cela implique également tout enfant dont la vulnérabilité a un impact considérable sur son éducation et son épanouissent . 

En effet, malgré les multiples orphelinats et organismes humanitaires existant au Cameroun, il est fort de constater la pléthore d’enfants qui déambulent dans les villes et villages, faute de moyens financiers pour accéder à l’instruction. Un fléau qui s’intensifie encore plus avec les crises socipolitiques et sécuritaires que sévissent dans certaines régions du pays (Extrême-Nord, Nord-Ouest et Sud-Ouest) ; et qui s’inscrit en marge des clauses de l’assemblée générale des Nations Unies de 1948 reconnaissant le principe de l’égalité des chances de tous en matière d’éducation. 

En vue d'offrir un avenir meilleur à de nombreux enfants en besoin de scolarisation, l’Abbé Francis EPAH, de nationalité camerounaise, prêtre de l’Eglise catholique romaine et incardiné dans l’archidiocèse de Douala, formateur en mission au Grand Séminaire de Philosophie à NKouekong (Bafoussam) depuis 2016, a rendu sa solidarité chrétienne en projet d'association.  

En effet, GHOC est un projet d’aide à l’éducation des enfants en difficultés de scolarisation. Elle s'inspire de la charité, la nécessité de porter assistance à l’éducation aux enfants défavorisés, telle une empreinte indélébile. C’est une cause qui a copté les cœurs de plusieurs autres âmes de bonnes volontés qui ont bien voulu se joindre à lui afin d’hisser ce projet plus haut, en mettant sur pied cette association.

De nos jours, GHOC compte environ 50 membres, 30 bénévoles (jeunes filles et garçons tous étudiants). En dehors de son siège social dans la ville de Douala (Bonaberi), l'association a une représentation légale en France, et d'autres en cours aux Etats Unis et en Allemagne. Dans son quotidien, l'équipe mène trois grandes activités: l'assistance scolaire, la sauvegarde des enfants et le plaidoyer. En cette année scolaire 2020-2021, à travers son projet SEV financé exclusivement par ses membres bénévoles et bienfaiteurs, 100 enfants bénéficient d'une assistance scolaire dans les régions du Littorial et l'Extrême-Nord. Selon le rapport à mi-parcours pour le Littoral, 91% d'enfants sont des Déplacés internes (IDPs) et 9% orphelins. Parmi ceux-ci, 51% sont des filles et 49% sont des garçons; 80% sont inscrits dans le sous-système éducatif anglophone alors que 20% seulement sont du sous-système francophone. 

En cette fin d'année 2020, frappée par la crise sanitaire du Covid-19 et de la barbarie armée en milieu scolaire causée par des détracteurs de la paix et de la stabilité au Cameroun, l'association vise à donner du sourire aux enfants dont le tissu familial et social a été interrompu par des violences dans leurs localités habituelles. Il s’agit notamment de créer un moment de vivre ensemble, de partage et de convivialité entre enfants déplacés internes et ceux de la population hôte dans la localité de Douala IVe (Bonaberi) à travers son projet de Noël en Framille prévu du 18 au 20 décembre 2020 au siège de l'association à Bonaberi Douala. Pour plus d'informations et tout engagement solidaire, l'association répond aux contacts suivants: (+237) 6 99 01 82 08 / 674 76 95 65; +33 6 41 53 16 50; +1 678 702 1805.  

 

IPREVA